Quand on pense aux paysages du Manitoba, on voit les plaines des Prairies et les lacs sans fin. Du vert, du bleu, des fleurs sauvages ici et là. Et pourtant, un paysage pour le moins inattendu se cache au cœur du Parc provincial de Spruce Wood : des dunes de sable fin.

Toute une découverte

Dans le désert du Manitoba Quand on pense aux paysages du Manitoba, on voit les plaines des Prairies et les lacs sans fin. Du vert, du bleu, des fleurs sauvages ici et là. Et pourtant, un paysage pour le moins inattendu se cache au cœur du Parc provincial de Spruce Wood : des dunes de sable fin. Toute une découverte Apprendre que le Manitoba abritait un environnement désertique à deux heures de Winnipeg a piqué ma curiosité. Les Spirit Sands tirent leur origine de la préhistoire. Il y a plus de 15 000 ans, la rivière Assiniboine a créé un delta à partir de l’eau fondue des glaciers. De ce delta, il ne reste aujourd’hui que deux mètres carrés de sable fin. Ni une ni deux, je commence à planifier mon expédition pour découvrir ce lieu insolite, qui attire chaque année des milliers d’autres curieux. Mon sac à dos, ma bouteille d’eau, une bonne paire de chaussures, et en route vers le désert du Manitoba.  Pour une bonne randonnée… Au début du sentier, je suis accueillie par un panneau qui donne les dernières recommandations. Se méfier des ours, rester sur le parcours désigné, apporter assez d’eau, un chapeau, de la crème solaire et une carte des sentiers. Éviter la randonnée en milieu de journée pendant les chaudes journées d’été, ne laisser que des empreintes, ne pas ramasser les plantes, minéraux ou animaux du parc.  L’exploratrice en moi prend le dessus et part en direction des dunes de sable. Sur le trajet, j’en oublierais presque que je suis toujours au Manitoba. Entourée d’arbres verdoyants et de fleurs aux vives couleurs, je monte et je descends à travers des collines qui ne ressemblent en rien à la plate province que je pensais si bien connaître.  Une vue à couper le souffle A mi-chemin, soit après un kilomètre de randonnée, j’arrive au point d’observation : une structure de bois au sommet d’une colline qui surplombe la vallée. Au loin, j’aperçois une étendue d’eau. Lorsque le soleil se reflète dessus, elle paraît presqu’irréelle. Elle est pourtant bien là, au milieu d’une forêt luxuriante qui semble s’étendre à perte de vue. Je me tourne vers l’est, en direction des dunes, pour avoir déjà un aperçu de la destination qui m’attend. Mais derrière moi, il n’y a qu’une colline, plus haute encore que celle sur laquelle je me trouve. Le désert du Manitoba sait se faire désirer.  La récompense au bout du chemin Je me remets donc en route, et arrive enfin à l’entrée des Spirit Sands par la Porte Est, comme me l’indique le panneau, avec une petite histoire. Dans la culture autochtone, chaque point cardinal a une signification sur le Cercle d’Influences. L’Est représente le commencement. Par coïncidence, la forme arrondie des Spirit Sands rappelle celle du Cercle d’Influences.  Un dernier effort est nécessaire pour accéder au désert tant attendu. Ne vous découragez pas devant l’escalier qui semble bien long et presque droit. L’ascension en vaut la peine, et le paysage à l’arrivée semble encore plus beau. Après tout, on mérite bien de savourer la fin d’une randonnée si unique. Si la montée se faisait par escalier, la descente, elle, se fait à même le sable. Dans un sable si fin qu’il est facile de s’imaginer au Sahara. Mon exploratrice intérieure laisse place à l’enfant, qui enlève bien vite ses chaussures pour courir nu-pieds sur le sable chaud.  Une aventure unique Lors de mon passage à Spirit Sands, j’y ai posé mes empreintes, éphémères, que le vent a ensuite soufflées pour laisser place à celles des autres aventuriers. Mais j’ai ramené avec moi des souvenirs de paysages époustouflants, et une version du Manitoba qu’il est nécessaire de voir pour y croire.  Bien que je sois partie sur ce sentier en aventurière solitaire, il est également possible de se joindre à un groupe pour une randonnée avec un guide, le dimanche matin. Le groupe Spirit Sands Wagon Outfitter propose aussi des promenades en chariot couvert, tirés par des chevaux. En définitive, une expérience hors du commun qui offre un tout autre point de vue sur le Manitoba.

Apprendre que le Manitoba abritait un environnement désertique à deux heures de Winnipeg a piqué ma curiosité. Les Spirit Sands tirent leur origine de la préhistoire. Il y a plus de 15 000 ans, la rivière Assiniboine a créé un delta à partir de l’eau fondue des glaciers. De ce delta, il ne reste aujourd’hui que deux mètres carrés de sable fin.

Ni une ni deux, je commence à planifier mon expédition pour découvrir ce lieu insolite, qui attire chaque année des milliers d’autres curieux. Mon sac à dos, ma bouteille d’eau, une bonne paire de chaussures, et en route vers le désert du Manitoba.

Pour une bonne randonnée…

Spruce Wood Provincial Park greenery

Au début du sentier, je suis accueillie par un panneau qui donne les dernières recommandations. Se méfier des ours, rester sur le parcours désigné, apporter assez d’eau, un chapeau, de la crème solaire et une carte des sentiers. Éviter la randonnée en milieu de journée pendant les chaudes journées d’été, ne laisser que des empreintes, ne pas ramasser les plantes, minéraux ou animaux du parc.

L’exploratrice en moi prend le dessus et part en direction des dunes de sable. Sur le trajet, j’en oublierais presque que je suis toujours au Manitoba. Entourée d’arbres verdoyants et de fleurs aux vives couleurs, je monte et je descends à travers des collines qui ne ressemblent en rien à la plate province que je pensais si bien connaître.

Une vue à couper le souffle

East Gate of the Spirit Sands, Spruce Wood

A mi-chemin, soit après un kilomètre de randonnée, j’arrive au point d’observation : une structure de bois au sommet d’une colline qui surplombe la vallée. Au loin, j’aperçois une étendue d’eau. Lorsque le soleil se reflète dessus, elle paraît presqu’irréelle. Elle est pourtant bien là, au milieu d’une forêt luxuriante qui semble s’étendre à perte de vue.

Je me tourne vers l’est, en direction des dunes, pour avoir déjà un aperçu de la destination qui m’attend. Mais derrière moi, il n’y a qu’une colline, plus haute encore que celle sur laquelle je me trouve. Le désert du Manitoba sait se faire désirer.

La récompense au bout du chemin

Stairs to Spirit Sands of Spruce Wood

Je me remets donc en route, et arrive enfin à l’entrée des Spirit Sands par la Porte Est, comme me l’indique le panneau, avec une petite histoire. Dans la culture autochtone, chaque point cardinal a une signification sur le Cercle d’Influences. L’Est représente le commencement. Par coïncidence, la forme arrondie des Spirit Sands rappelle celle du Cercle d’Influences.

Un dernier effort est nécessaire pour accéder au désert tant attendu. Ne vous découragez pas devant l’escalier qui semble bien long et presque droit. L’ascension en vaut la peine, et le paysage à l’arrivée semble encore plus beau. Après tout, on mérite bien de savourer la fin d’une randonnée si unique.

Si la montée se faisait par escalier, la descente, elle, se fait à même le sable. Dans un sable si fin qu’il est facile de s’imaginer au Sahara. Mon exploratrice intérieure laisse place à l’enfant, qui enlève bien vite ses chaussures pour courir nu-pieds sur le sable chaud.

Une aventure unique

Spirit Sands of Spruce Wood

Lors de mon passage à Spirit Sands, j’y ai posé mes empreintes, éphémères, que le vent a ensuite soufflées pour laisser place à celles des autres aventuriers. Mais j’ai ramené avec moi des souvenirs de paysages époustouflants, et une version du Manitoba qu’il est nécessaire de voir pour y croire.

Bien que je sois partie sur ce sentier en aventurière solitaire, il est également possible de se joindre à un groupe pour une randonnée avec un guide, le dimanche matin. Le groupe Spirit Sands Wagon Outfitter propose aussi des promenades en chariot couvert, tirés par des chevaux. En définitive, une expérience hors du commun qui offre un tout autre point de vue sur le Manitoba.